• Plus que le vide

    Je sens tes bras qui me bercent sur un rythme imaginaire, sur une musique inconnue entendue par l'univers.

    Ta silhouette plus grande que la mienne me suffit pour me sentir en sécurité, enserrée dans l'étau chaleureux que m'offre ton corps.

    Mes pieds suivent les tiens, nous faisant tourner en rond, encore et encore. Ma tête a beau tourner, je ne voudrais arrêter ce moment pour rien au monde.

    Je devine ton sourire qui provoque le miens, et le bonheur semble de nouveau combler mon cœur.

    Je perçois ta voix, et même parfois ton rire, et je garde le silence. Parce que t'entendre suffit à me rendre heureuse.

    Je sens les battements de ton cœur frapper contre ta cage thoracique, j'entends ton souffle, et le sens qui effleure ma peau.

    Le soleil s'est couché depuis longtemps, il fait noir, et la mélodie imperceptible semble vouloir continuer.

    Alors nos pas continuent de fouler le sol, d'écraser l'herbe tendre et fraîche du paysage, et ton sourire est toujours présent sur ton visage.

    Le temps passe, j'en ai conscience, même si au fond, j'ai perdu toute notion du temps. A tes côtés, les minutes ne semblent plus vouloir arrêter de s'écouler.

    Et quand soudain le vent se lève, faisant danser les feuilles des chênes alentours, je sais qu'il est temps.

    La froideur de l'air semble mordre ma peau, et la chaleur de ton corps disparaît soudainement.

    Mes bras, eux, se referment dans le vide, sans que je n'ai mon mot à dire.

    Il ne me reste plus que le ciel sombre, les étoiles, et mes yeux pour pleurer ton départ.

     

    Samaëlle.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :